FANDOM


Introduction:Edit

Il se dit chez les anciens qu'avant chaque clan était puissant. Que chaque clan possédaient de grande étendue de terre. Que chaque clan était composé de milliers de combattants ... Il se dit que les clans étaient regroupés sous l'égident de chef, eux même sous la férule de l'Elu. En ce temps là, nous étions puissants, en ce temps là, les dieux étaient puissants ! Tout cela nous l'avons perdu. A qui la faute ? Je n'en suis pas sûr, certains disent que c'est la soif de pouvoir de l'homme, d'autre la soif de pouvoir des dieux, mais ce qui est sûr, c'est que nous qui nous croiyons si fort à l'époque avons été été ballayé comme des fétues de pailles avant même de comprendre ce qui nous arriva, nous nous retrouvâmes comme des débrits jetés à la mer, débrits de civilisations. Aurions nous pu lutter si nous avions été unis en ce temps là ? Peut être, peut être pas mais dans tous les cas, nous aurions pu sauver notre plus grand trésor : notre histoire, notre civilisation. Voilà pourquoi vous devez m'écouter, pour transmettre fidèlement mes paroles à vos enfants, afin que nous ne sombrions pas dans l'oubli.


Nous étions puissant, oui, je vous l'affirme, il fut un temps où nous l'étions, oui, je vous l'affirme un jour nous le serrons à nouveau ... au début des ages, nous n'étions que des clans. Chacun possédaient ses propres terres et considérait ses voisins comme ses ennemis. Non pas par haine mais simplement pour la gloire ... mais un jour vint l'Elu choisi des Dieux. Les Dieux lassés par nos petites guéguerres intestines nous l'envoyèrent. L'Elu ainsi capable de réaliser les plus grandes prouesses unifia l'ensemble des clans pour ainsi créer l'Empire. Ce fut le temps de l'allégresse et de la paix, nous prosperâmes comme jamais. Pourtant, l' Elu n'était pas immortel et vint le temps de passer son flambeau à ses fils. L'Empire s'étant extrêmement étendue, chaque enfant de l'Elu fut le représentant de chacun des Dieux d'Answald. Chaque enfant dirigea alors une partie de l'Empire. Malheureusement les rancoeurts qui couvaient et qui étaient par la présence de l'Elu ressurgirent et l'Empire se désagregea en royaume. Arriva se qui devait arriver, alors qu'appartenant à la même famille les royaumes se firent la guerre. Malgré tout l'ensemble des forces en présence formait un équilibre précaire et l'ensemble de ce qui fut l'empire properait tout de même.

Puis un jour des raids furent perpétrés sur les royaumes, nul n'y fit vraiment attention, croyant que c'était le voisin que le perpétrait. Le seul point commun était la sauvagerie de ces raids qui en règle général de laissait aucun survivant, et en général, on en entendait parler bien après que ceux cis étaient perpétré. C'est ainsi que certaines parties reculées des royaumes disparurent tout simplement sans que personne ne s'en rende compte. Il n'y avait aucune nouvelle de ces terres mais personne ne s'alerta.

La guerre avec le Culte nous tomba ainsi dessus au sortir d'un hiver, des nuées d'animaux déferlèrent dans les royaumes, nous étions dépassés et eurent le plus grand mal à ne serait ce que faire une bataille. Ce ne fut pas une guerre, nous subîmes une destruction totale. Chaque royaume tomba avant même que nous n'ayant compris ce qui arrivait et avant que nous ayons l'idée de nous unir contre le Culte.

Ce fut lors de notre seule victoire où nous reprîmes la ville de Metchild que nous comprîmes ... Metchild n'était plus, il n'y avait plus un être vivant non plus qu'un bâtiment debout, tout était razé, il ne restait rien.

C'est à ce moment que mon père décida de nous rejoindre et de monter une expédition vers les Îles mais nous n'eûmes même pas le temps de la préparer car leur contre attaque fut terrifiante et foudrayante. Je me souviens de son arrivé, il était déterminé et fort. Il nous imposa ses ordres comme jamais je me le rappelle, nous obeissâmes sans même prendre le temps des retrouvailles, mais c'est ce qui nous sauva. Nous nous échappâmes alors que les hordes déferlaient dans le village, mes amis et voisins furent massacrés.

Il ne resta que quelques uns d'entre nous sur des embarcations de fortunes. Nous sommes ici maintenant en nombre encore plus réduits, je remercie les dieux de nous avoir conduits jusqu'ici.


L'histoire d'Injall:Edit

Un adieu Il était là au milieu de la taverne. Que pouvait bien foutre un vieux comme lui en plein cœur du port, un endroit où la garde avait tendance à ne pas lésiner sur les moyens employés pour virer les personnes suspectes. C’est qu’on ne rigolait pas avec les bateaux en ce moment. Mu par la curiosité, je m’approchais de lui et il me fit signe de m’installer à sa table. Je commandais 2 cervoises, une pour lui et une pour moi et je tentais d’en savoir plus sur lui mais il ne me révéla pas grand-chose de lui. Je crus comprendre qu’il s’agissait d’un ancien ménestrel qui allait de villages en villages, changeant parfois de région lorsque les bateaux de commerce n’avaient pas tous été remplacés par des bateaux de guerre. Cependant pour chaque question que je lui posais, il arrivait, je ne sais comment à m’en poser une bonne dizaine si bien qu’il savait au bout de vingt-cinq minutes de discussion animée tout de moi, mon âge, ce que faisait ma famille, sur quel bateau j’allais embarquer, il a voulu savoir si j’avais déjà embarqué, mes précédentes missions. Pourquoi la mer m’avait attiré. Jusqu’à ce que je lui demande ce qu’il pensait de la situation actuelle. Je n’imaginais pas le voir partir dans un si long monologue mais je l’écoutais, attentif :

«Notre monde est mourant, commença-t-il. Je ne peux qu’imaginer ce que sera la suite car je ne serai sûrement plus là pour l’observer. Depuis l’Elu, il y a plus de 600 ans le chaos est revenu petit à petit en ces terres. Lui qui avait vaincu et unifié toutes les tribus du Continent pour lui offrir un âge d’or a du voir, d’où il est, son héritage se désagréger. Ses propres enfants ont sonné le glas de la paix en prenant les armes les uns contre les autres à son assassinat. Ewald eut vite fait d’accuser Otton du meurtre de son père et, allié à Elfride, Grihmild et Stigand réussi à le vaincre militairement. Le sang avait coulé appelant le sang et la division. De plus chacun de ses enfants développa un culte particulier. La religion devint la principale force de dissension. Les clergés étaient tout puissants, le monde se réorganisa sous forme de tribus dont le chef, le plus souvent élu, respectait les décisions d’un des clergés. Les zones d’influence des différentes divinités évoluaient par ce biais. Certaines régions cependant étaient soumises à un culte officiel à moins que ce ne soit des maraudeurs qui prenaient un malin plaisir à attaquer les villages qui ne priaient pas le bon Dieu. Devant l’augmentation de ces attaques sur les villageois qui lui étaient fidèles, Elfride, peu de temps avant de mourir, demanda une partition de l’Empire restant pour pouvoir y assurer la sécurité. Ewald préféra céder plutôt que risquer un nouveau conflit alors qu’il était lui aussi touché par la vieillesse. Puis ce furent des villes qui s’étaient enrichies grâce au commerce qui se proclamèrent «Villes libres » pour cesser de payer l’impôt. »

Il toussa un petit peu, termina sa bière et je fis signe à la serveuse de lui en apporter une autre, je ne tenais pas qu’il s’arrête au milieu de son histoire par manque de munitions. Il me remercia d’un signe de tête et reprit :


«L’idéal de l’Elu était mort et avec lui tout espoir de paix. Des périodes de paix relative alternèrent avec des conflits ouverts mais l’insécurité était partout. Des brigands attaquaient villages isolés et caravanes marchandes, s’attaquant même parfois aux navires de commerce. Il était fréquent de voir des villages attaquer leurs voisins pour profaner leur sanctuaire, sans autre raison que la religion. Notre monde souffrait et nul culte ne semblait près à la moindre proposition constructive : tous se réclamaient de l’Elu et proclamaient haut et fort qu’ils souhaitaient reformer l’Empire sur de nouvelles bases. Ils visaient tous le pouvoir mais leurs valeurs étaient très différentes. Pour les suivants d’Otton et leurs descendants, la force était la clef de tout comme l’avait montré l’Elu en unifiant l’Empire par la force des armes. Pour c’eux d’Ewald la Loi était le ciment de toute civilisation et ils se devaient de la servir et de la protéger. Ceux d’Elfride cherchaient à se faire aimer du peuple et des autres cultes en se rendant utiles, voir indispensable. Ceux de Stigand s’intéressèrent de près à tout ce qui rapportait de l’argent : commerce et artisanat divers quand à ceux de Grihmild, ils devinrent les ombres de ce continent : trafics, vols, assassinats étaient leur raison d’être. »

Il s’arrêta de parler, remarquant que je vérifiais que personne n’avait entendu ses dernières paroles. Oser discuter des objectifs du culte et les comparer à ceux des autres cultes pouvait être très mal vu. Certains avaient disparu pour moi que ça, le manque de foi est un crime en ces murs. Il me fit un clin d’œil moqueur avant de reprendre :

«Rien ne pouvait les rapprocher de façon durable, leurs visions du monde étaient trop différentes. Les attaques et les coups fourrés s’enchainèrent alors même qu’un péril plus grand était apparu. Des forêts et terres sauvages de notre continent émergèrent de nouveaux ennemis. Ces hommes de bois se prétendaient proches de la Nature, attentifs à ses désirs et dénonçaient tout ce qui avait été fait à son encontre par les cultes. Ils dénonçaient tout autant l’ordre qui régnait dans les terres des cultes, le jugeant contraire à la Nature. Ils se laissaient aller à leurs plus bas instincts, tuant, violant, pillant lorsque l’envie les prenait. Nombre de pauvres gens furent trompés par ces êtres sans pitié. Après avoir pendant un temps été uniquement actifs dans les sous-bois, attaquant et rançonnant les marchands, ils portèrent la lutte en plaine, aidé d’animaux qu’ils contrôlaient. Les armées levées par les cultes furent balayées et une bonne partie du continent sombra sous leur contrôle. Les «Villes libres » tombèrent et seule la mer permettait d’aller d’un culte à l’autre. »

Il se balança sur sa chaise quelques instants en silence, sortant de sa poche une pipe qu’il bourra avec l’adresse d’un fumeur entrainé puis l’alluma avant de se lancer dans la réalisation de ronds de fumée. Je n’osais lui demander de continuer et, visiblement mon indécision l’amusait, à en juger par son sourire en coin. Il reprit la parole, tirant à intervalles réguliers sur sa pipe : «De nombreux bateaux commencèrent à la sillonner, menant des raids contres les terres des Fils de la Nature ou des autres cultes. Les villages n’étaient plus du tout surs et il était très difficile de produire assez de nourriture pour subvenir à tous les besoins. Les raids étaient le seul moyen de tenir pendant les mois froids d’hiver. Nous tenons comme cela depuis plus d’un siècle mais cela risque de ne pas durer très longtemps. Nos ennemis sont, depuis une quinzaine d’années, de plus en plus agressifs. Des villages ont été pillés et leurs éclaireurs ont été vus à proximité des dernières villes encore indépendantes qui renferment les plus importants sanctuaires. Voila moi ce que je vous dis avant que vous preniez la mer, on a besoin de gens comme vous, si vous nous ramenez pas assez de nourriture avant que les tempêtes d’automne se lèvent, on risque de mourir se faim en cas de siège. Allez refaire nos provisions, c’est sur vous que reposent nos derniers espoirs. »

Cette dernière conclusion énoncée, il me regarda droit dans les yeux, attendant visiblement que je réponde, je ne savais que dire. J’osais cependant lui murmurer cette question maladroite : «Pensez vous que notre monde est condamné? »

Son sourire s’agrandit : «L’avenir nous le dira, moi je vous parle du passé que je connais, du présent que je vois mais de l’avenir je ne sais rien. Priez votre Dieu de vous guider et de vous éclairer, de vous soutenir et de vous protéger, de vous donner force et courage car de tout cela vous aurez besoin, tout le monde en a besoin quelque soit son époque. Adieu et bon vent, cette discussion m’a fait grand plaisir. Cela faisait longtemps que l’on ne m’avait pas écouté aussi attentivement. »

Il se leva difficilement, j’avais oublié à quel point il était vieux pendant ces moments où le temps semblait comme suspendu alors qu’il faisait défiler devant moi plus de 500 ans d’histoire.

Je voulu me lever pour l’aider mais il me fit signe de rester à ma place. Il prit sa canne et sortit. Je restais là, encore abasourdi par tout ce qu’il venait de me dire.

Quand je sorti de la taverne, j’ai rejoint le bateau sur lequel j’allai embarquer le lendemain et, en retrouvant ma couchette, j’ai pensé à ce vieil homme et à ses dernières paroles : «Bon vent ». Oui, que le vent soit bon, voila tout ce qui m’importe désormais.